Manoeuvres Tuina en post-partum – Médecine Traditionnelle Chinoise

La fermeture merveilleuse du bassin

 

La première fois que j’ai pratiqué cette technique, j’étais en Chine, à l’hôpital, en plein stage, et je venais de sortir d’une formation post-accouchement. Sauf que ce stage-ci n’avait rien à voir avec la maternité et ses suites de couche.
La patiente que j’avais venait pour un problème de dos depuis son accouchement il y a 10 mois et ni elle ni moi ne nous attendions à un tel résultat.
Passé la manipulation du côté gauche, nous remarquons une différence notable par rapport à la droite (comme si la crête était revenue plus au centre) et pris d’un réel espoir, je continue. Une fois relevée, son pantalon tombait pratiquement… et nos mâchoires également. Elle n’avait pas de mots pour exprimer sa joie, la mysticité du phénomène, la magie du corps humain, qui venait de se dérouler sous nos yeux.
Par la suite, tous les stagiaires – même mon tuteur – ont tenu à assister à une démo derrière.

Que s’est-il passé?

Le bassin s’est “élargi”, on le remarque parfois au pantalon, ou face au miroir, ou simplement en marchant, car la démarche “canard” de la grossesse semble perdurer malgré tout.
Rassurez-vous, ce bassin est censé revenir à sa taille habituelle, et il en est parfaitement capable. Mais il a parfois besoin d’aide : notre mode de vie actuel chamboule beaucoup de nos mécanismes de récupération physiologique (et pas que !), il n’est en réalité pas si étonnant que ça qu’il faille qu’on accompagne ce processus.
Les ligaments au-dessus des deux fesses qui servent de joint entre la pièce centrale et les deux pièces latérales se sont détendus (les ligaments sacro-iliaques), de même que ceux du pubis, générant une rotation vers l’extérieur des jambes, un aplatissement des fesses, des attaches musculaires (abdominales notamment) plus espacées, et une biomécanique globale modifiée.
Dans ces conditions, solliciter ses abdominaux, son périnée, son dos, sera moins concluant, et vous pourriez même avoir des douleurs directement associées.

Pourquoi diantre dame nature a t-elle mis tout cela en place ?

Ils permettent à ce bassin une meilleure élasticité et une meilleure ouverture durant l’accouchement : le bébé a moins de risque d’être coincé, et de nous coincer par la même occasion. 

Que faire ?

Il nous suffit de venir imprimer les schémas inverses afin de récupérer une fermeture des iliaques (vers l’intérieur), de l’articulation du pubis, de la rotation médiale de hanche, et de le stabiliser avec une ceinture spécifique, avant de répéter la manoeuvre plusieurs fois les mois qui suivent. C’est ce que faisaient et font les matrones, et la majorité des femmes dans le monde.

Pour toutes ?

Si c’est juste une question esthétique et que vous n’avez pas accouché mais que comme mon amie, vous souhaitez juste perdre quelques tailles de jean, la réponse est non, désolée…
Par contre vous avez accouché récemment? Oui !!! L’effet sera d’autant plus flagrant que votre accouchement est récent (les matrones le pratiquaient le 1e jour, mais dès le 1e mois c’est déjà extra), et que vous continuez d’allaiter : les ligaments sont encore sous l’effet des hormones (relaxine), et votre pouvoir potentiel à faire le grand écart est bien plus important.
Aux femmes qui ont accouché il y a plus de 2 ans (avec arrêt de l’allaitement) : malheureusement à part gagner 1 mm de tour de hanche, les effets ne sont plus vraiment au rdv… pensez-y pour votre prochain bambin 😉

Voilà, vous êtes en meilleure condition pour rééduquer votre périnée, et en plus vous retrouvez vos formes !

Soins mammaires

La scène suivante se déroule en Chine, à Xian, dans les locaux de mon école de massage et d’acupuncture traditionnel chinois.
Par chance, nous avons une élève qui vient d’accoucher de son 1e bébé il y a 3 mois.
(en réalité ce n’était pas tant une coincidence : en Chine l’ouverture au deuxième enfant, et l’accessibilité de la formation étaient de mise!).
Donc la jeune maman en question est en plein sevrage, et ses seins bombés et endoloris par les tétées, souffrent.
La prof nous fait la démonstration des techniques mammaires sur elle.
En France, je ne me serais pas vue assister à ce genre de pratique, dans autant de solidarité générale (pas juste féminine, je précise que l’Etat donne des primes mensuelles aux femmes pour leurs menstruations et j’en passe).
Ici où l’allaitement même est en proportion faible durant les suites de couche (70% à la sortie de la maternité, 20% au bout de 6 mois – par découragement bien souvent), et soumis parfois à débat, nous étions au paradis du Sein.

Les seins étaient massés, pétris, le lait “excédentaire” s’écoulait à même les tétons, et personne n’avait l’air plus gênés que ça.
Elle s’est relevée, et s’est sentie en grande partie soulagée. Soulagée que ses seins aient été pris en considération, bichonnés, soulagés du surplus de lait, soulagée des tensions et des contractures liées à l’allaitement et au sevrage, et soulagée que la circulation se fasse mieux.

En post-partum, arrive le moment où la maman choisit de se “sevrer” (cela arrive plus tôt en France par ex, où le congé maternité est en moyenne plus court).
Les seins vivent de grands chamboulements tant hormonaux que physiques, et ce dès les premières semaines de grossesse. Ils ont été le lieu privilégié de connexion entre la mère et son enfant, moment de partage parfois à la fois exquis et à la fois moins exquis.
Pour concocter ce fabuleux lait maternel du nourrisson, ces mêmes seins ont donné beaucoup d’énergie, de vitamines, de coussin adipeux, ils ont été parfois mordillés avec plus ou moins d’agilité, et traversent un choc “plein-vide” plus ou moins important selon la rapidité du sevrage. Ils peuvent ressortir meurtris de l’aventure s’ils ne sont pas bichonnés comme ils le méritent. Des douleurs explosives, des irradiations dans le dos, des gerçures, des seins trop souples voire flasques…
Fort heureusement, les seins sont entourés de points d’acupuncture, où des lignes de méridiens s’y frayent un passage pour la revigorer. Il est tout à fait possible de les stimuler (acupression ici) et de profiter de cette ouverture pour venir les masser en guidant vers leur position originelle, les hydrater, les re-nourrir, eux qui ont tant nourri.  

En pré-partum, les seins n’ont pas encore nourri le nourrisson, mais ils se préparent à le faire. Les tensions qui en résultent peuvent être particulièrement intenses, empêchant parfois de se positionner comme on le voudrait, ou de faire sa gym sans avoir à y penser.
Mieux vaut prévenir que guérir 🙂

Manoeuvres amaigrissantes


Vous avez peut être déjà entendu parlé du LPG, machine remodulante surdimensionnée investie dans certains cabinet.
Mais peut être n’avez vous pas encore entendu parlé de l’acupuncture d’amaigrissement, des cassages manuels amaigrissants, des massages remodelants, jouant sur les points d’acupunctures, les sensations de satiété, les zones d’épuration, les axes de circulation de l’énergie. Et pourtant, parfois je me demande pourquoi ces choses-là ne dépassent pas la frontière. Je veux dire, dépasser et s’installer.

L’anecdote finale se passe toujours en Chine, pendant mon cursus des fondamentaux de la médecine chinoise, à Xi’an. Par une chance exceptionnelle et inouïe, il se trouve qu’un de mes camarades de classe avait été faire des études en France et parlait français : nous étions donc les deux martiens de l’école, je n’étais plus si seule.
Il décide assez rapidement de suivre le cours d’acupuncture intensif sur quelques semaines, et s’absente quelques temps.
2 mois plus tard, il avait perdu 10 kg (passant de 100 à 90 kg environ), et tout cela sans rien changer à son alimentation.
Ebahie, je lui demande plus d’informations, et c’est là qu’il me livre le contenu de sa formation, dont les cours d’amaigrissements ne figuraient qu’en petite partie. Mais il avait acheté seul des bouquins, s’est piqué seul tous les soirs, buvait des concoctions de plantes chinoises selon des recettes bien précises, et parlait d’ouvrir une clinique d’amaigrissement, peut être même au Canada, son rêve du moment.


Comment une technique aussi efficace resterait aussi peu connue ?

Tout d’abord, il n’y a pas photo entre le nombre de médecins chinois en Chine et celle France (logique, mais pas toujours).
Ensuite, il n’y a pas photo non plus entre le cursus suivi par un médecin chinois en Chine (plus de 6 ans) et en France (plutôt disséminés sur des week-ends pour reconversion, sur à peu près la même période).
Enfin, comme tout traitement, il ne dépend pas seulement du bon diagnostic du praticien, mais également du patient lui-même : variabilité individuelle, compliance consciente ou déni inconscient, disponibilité en temps et en argent, et j’en passe.
Mon ami en question s’était piqué tous les jours, pendant des mois, et il y croyait dur comme le jour de sa naissance.
Néanmoins, à noter : son idéal de ne rien changer à son alimentation a rencontré un frein (il buvait même de la bière encore), puisqu’il a vite atteint un palier, où l’alimentation et les efforts physiques devaient nécessairement entrer en jeu. Et encore il n’avait ni diabète ni pathologie particulière derrière.

Tout ça pour dire que moi aussi, je tiens à faire voyager les techniques à travers les océans.

Et pour ceux qui restent sur leur faim quant à la Médecine traditionnelle chinoise, découvrez en quelques prémisses à travers mes propres découvertes de l’époque.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s