L’Hôpital international de rééducation de Kunming

9h50. Je ressors telle une pouilleuse de mon train de nuit, où je me suis lavée une partie de cheveux au lavabo en veillant à ce que ça ne touche pas l’évier douteux.
J’achète au passage plusieurs grappes de raisins à offrir (les fruits sont un cadeau typique en Chine) et on m’accueille contre toute attente telle un personnage important. Je tente de faire bonne figure au maximum, je représente en quelque sorte les Kinésithérapeutes français… L’équipe est internationale avec une prédominance marquée de chinois, et quelques anglophones (classiquement anglais, américains et australiens), tous plus consciencieux et souriants les uns que les autres.
On me fait visiter les locaux. A vrai dire, je n’ai jamais vu ça, c’est comme un paradis pour Kinésithérapeutes : des rails au plafond j’en ai déjà vu, mais pas dans tout l’hôpital (permettant au patient d’aller aux toilettes et de se déplacer dans l’hôpital, accroché dans son harnais), des salles permettant aux parents d’assister aux séances des enfants sans qu’ils les voient grâce aux vitres réfléchissantes, des tables de cuisine à hauteur régleables dans la chambre des patients pour des séances d’ergonomie en live, des appareils de posturologie ultra-sophistiqués, ainsi que d’autres permettant de mesurer avec précision la force quantitative et qualitative de plusieurs groupes musculaires (s’affichant sur l’écran d’en face), des salles insonorisées pour rééducation auditive … Des salles de thérapie par ozone, une machine à infrarouge permettant de mettre en évidence les zones du corps dégageant un excès de chaleur (cartographie qui sort).
Les salles d’attente sont grandeur nature, avec prises électriques et tout le confort dont on pourrait rêver lorsqu’on vient se faire soigner.

Ils accueillent essentiellement des chinois, mais c’est aussi ici que les étrangers, sportifs de haut niveau se dirigent en première intention pour leur rééducation ou leur préparation sportive.
Le midi, je mange avec le directeur, qui on l’aura compris, aimerait que j’aille travailler pour eux. Il me propose même pour les profils comme moi qui aiment bouger, de tourner sur les 4 sites qui leur appartiennent, à savoir : Pékin, Shanghai et Shenzhen (pédiatrie sur ces trois sites), et Kunming, qu’ils viennent d’ouvrir il y a seulement 7 mois, et qui attend les 1 an pour offrir la sécurité sociale à ses patients (augmentation attendue des consultations, qui pour le moment sont souvent trop chères pour la plupart des chinois, ce qui leur permettrait de développer un pôle de recherche).
A 13h, j’ai rendez-vous avec Matt, un polonais qui travaille ici depuis 2 ans, et 5 ans en Chine après avoir été diplômé de Kiné + Master. On discute dans la grande salle d’attente.
A 14h, il me fait assister à une séance avec une patiente venant pour dorso-lombalgie : fine et très peu tonique, elle passe ses journées devant l’ordinateur / portable et ne fait pas de sport (comme la plupart des chinoises et chinois). Matt gère un kiné plus jeune que lui, car ici ils fonctionnent par niveau et système de parrainage. Il m’envoie le wechat de la RH afin que je puisse me renseigner directement auprès d’elle si l’envie me prenait de travailler avec eux.
A 16h, on m’organise un chauffeur privé pour me rendre à l’aéroport.
Ca y est, c’est la fin du périple….

Un commentaire sur “L’Hôpital international de rééducation de Kunming

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s