Les questions qu’on se pose sur l’acupuncture

L’acupuncture c’est assez « Shen qi », mystique, magique… Je me posais pas mal de questions avant de partir, et je peux désormais répondre à quelques unes d’entre elles, basées sur l’expérience eu à l’Hôpital de MTC de Xian.

Ca fait mal?

Il y a les traumatisés de l’aiguille, du sang, de tout ce qui transperce notre peau.
Mais l’acupuncture ne fait pas « mal ». Par contre, elle fait ressentir des choses (en fait je crois que c’est encore pire).
Deux sensations quand on vous pique : la sensation de piqûre quand on entre dans la peau, et ensuite la sensation attendue d »acidité, engourdissement, gonflement, lourdeur, voire d’irradiation » (self traduction peut être pas très officielle), qui sont des témoins que l’aiguille est en bonne position pour être efficace et qu’elle a « obtenue le Qi » (du côté du praticien il s’en qu’on « mord à l’hameçon » et on voit souvent la peau qui absorbe l’aiguille).
Si vous ne sentez rien, c’est que l’aiguille n’est pas active en termes de méridiens (d’après les médecins que j’ai côtoyé).
Bon indice pour nous du coup, mais on aurait préféré s’en passer (les sensations évoquées sont assez désagréables).
Il y a un autre type de sensation que vous pouvez éprouver mais qui n’est pas toujours présent. Cela dépend de votre sensibilité au Qi. Moi par exemple, je ressens des micro-tremblements dans le corps, de manière irrégulière et diffuse : on m’a dit que c’était le Qi qui circulait.
Les sensations varient en fonction du type d’aiguille puisqu’il existe des épaisseurs distinctes (par exemple en Occident elles sont souvent plus fines pour pas traumatiser les patients), des longueurs différentes : parfois très longues pour atteindre des zones épaisses, parfois plus larges pour obtenir une stimulation plus importantes comme la technique d’amaigrissement où l’on ensevelit les fils résorbables sous la peau par exemple, ou encore pour perforer les fascias et retirer juste après), parfois en forme de lame (aiguilles-couteaux), bref les actions diffèrent selon la visée désirée.
Les sensations varient également en fonction du praticien, son expérience, son empathie …

C’est profond ?

Il y a plusieurs écoles, celles qui plantent profondément et celles qui plantent peu profondément. De manière grossière, en Occident, les aiguilles sont souvent plus superficielles et en Chine elles sont plus profondes. Un peu sur le même principe que les massages (en Occident superficiel et en Chine profond), les chinois trouvent que les étrangers sont bien plus sensibles à la douleur.
Ca reste donc très variable, par exemple autant mon prof les enfonçait profondément et souvent de biais/ longitudinal (on ne voit plus que la tige : colonne de gauche sur les photos), autant l’autre prof les enfonçaient moins et en perpendiculaire (colonne de droite sur les photos). PS. L’épaisseur et la longueur des aiguilles étaient différentes.
Mais tout ça ne sont que des « techniques manuelles » propres à chacun le plus important reste de stimuler correctement le point d’acupuncture ou plutôt la zone du point d’acupuncture car il n’existe pas vraiment de gâchette miracle très précise, ce n’est qu’une question de référencement cartographique.
Et là se trouve toute la diversité tant en pratique qu’en théorie, et la complexité de l’acupuncture.

C’est efficace ?

Bon je ferais pas un article pour finalement dire que ça n’est pas efficace (ah ah ah).
Mais il faut dire que c’est assez impressionnant quand c’est bien mené. Il n’y a qu’à demander à Xav qui est un exemple vivant.
Le champs d’action est extrêmement large puisqu’on peut s’en servir pour les grosses atteintes neurologiques (hémiplégies, paralysies de Bell..), comme les petits bobos du quotidiens, voire les rhumes les migraines.
Ce qu’il faut savoir c’est que ça n’est pas toujours radical, selon l’affection concernée (on ne guérira pas un paraplégique) et que c’est surtout efficace pour les régulations globales du corps. Encore faut il avoir bien cerné le dérèglement et c’est là le point le plus difficile de tout diagnostic qu’il soit médical kinésithérapique ostéopathique ou traditionnel chinois.
Je rappelle les cas que j’ai pu voir pour ceux qui n’auraient pas lu les précédents articles : constipation, acouphènes, rhume, maux de gorges, paralysies faciales, allergies, obésité, insomnie, migraines, stress, infertilité, incontinence urinaire à l’effort, diabète, hypertension artérielle, nausées…
Ensuite, l’acupuncture est très souvent couplée à d’autres thérapies et rarement utilisée seule à l’hôpital : moxibustion (à faire à bon escient sans se contenter de chauffer la zone douloureuse : il existe un seul point où on ne ressent plus que ça brûle et seulement que ça chauffe agréablement, c’est celui-ci), électro-acupuncture, Guasha, brosse à multi-aiguilles, infrarouge…

Ca coûte combien?

En France, c’est remboursé par la sécurité sociale à hauteur d’une séance de médecin généraliste (25€) si ce dernier ne pratique pas de dépassement d’honoraire (D.E), soit pour un acte de secteur I. Il existe d’autres thérapeutes qui pratiquent à titre non conventionné avec la sécurité sociale et les tarifs peuvent voler plus haut (habituellement 50-70e devrait être la moyenne).
En Chine, les séances étaient à 135y à l’hôpital (15euro environ), et moins cher en cabinet.

Ca dure combien de temps ?

30 min ont été étudiées pour être le temps suffisant d’une pose de needles : le Qi a fait le tour, et pas besoin de laisser la journée pour avoir plus de résultats.
Pour ce qui est du temps de thérapie, on piquait les patients en hôpital tous les jours, et ceux qui venaient occasionnellement 2 à 3 fois par semaine, mais la durée dépendait des symptômes (infertilité protocole récent de minimum 1 mois, et ça allait souvent à 3 mois)

A qui s’adresser ? 

Le mieux c’est bien sur le bouche à oreille.
Je vous mets prochainement en lien une liste de médecins acupuncteurs sur Paris que j’aurais récupéré auprès d’un médecin acupuncteur vietnamien qui travaille à Amiens et qui donne des cours à Paris 13 de temps à autre (on s’est rencontré au Congrès franco-chinois sur la MTC qui s’est tenu à Paris pour fêter ses 10 ans aux Invalides, novembre 2017) –> gardez la liste au chaud, c’est toujours utile !
Ensuite, selon moi le type de diplôme n’est pas ce qu’il y a de plus important, mais l’implication du praticien et la durée de son exercice le sont plus.
Même si les expérimentés posent moins de question car ils vous voient (pré-diagnostic établi déjà), il y a un minimum d’examen qu’il est censé faire, et de questions qu’il est censé vous poser. Ca n’est pas censé durer 15sec (je rappelle par exemple qu’il y a le pouls, la langue, le teint, et les questions de base liés à la symptomatologie).
Il veillera à ce que vous n’ayez pas trop froid (couverture) et sera attentifs à vos sensations durant la séance. S’il est au top, il vous conseillera des tips de la vie quotidienne, peut être aussi des changements alimentaires etc.
Malheureusement en France, les médicaments traditionnels chinois ne sont pas autorisés à la mise en vente, et il n’est donc théoriquement pas possible de s’en procurer sur le territoire (inconvénient assez majeur par rapport à la Chine vu l’efficacité de la pharmacopée chinoise).

C’est prouvé ?

L’acupuncture n’est pas comme je le disais une question de croyance, de vaudou ou encore de placebo, et bien utilisée, a fait ses preuves et est désormais reconnue par l’OMS pour certaines affections (comme il s’agit de tout prouver par le biais d’études on ne peut pas dire stricto sensu « c’est efficace » mais « c’est efficace sur », détail du jargon scientifique).
C’est une médecine basée sur la MTC qui a traversé des millénaires, et on a même retrouvé des pratiques anciennes à base d’ossements (taillées très fines), ainsi que des recueils à des ères inimaginables, qui sont devenus la Bible de la MTC (pratiquement pas comprise du commun des mortels tant la transcription est ancienne).
Du fait des traitements très patients-dépendant, les prescriptions sont différentes d’un patient à un autre malgré que leurs maladies et symptômes apparents soient identiques.
Ce qui est en soi un chose merveilleuse, mais le monde occidental ira leur reprocher leur manque de rigueur, de consensus. Difficile d’avancer lorsque les modes de pensée ne sont pas identiques n’est-ce pas?
Mais lorsqu’aujourd’hui, lors du Congrès, un médecin chinois s’est vu demandé de résumer la différence entre les deux médecines en une phrase, il a décrété ceci :

« La médecine occidentale traite la maladie du patient, tandis que la médecine chinoise traite le patient malade ».

Des mots qui sonnent merveilleusement bien.
De manière plus optimiste, on pourrait décréter qu’associer la médecine occidentale et chinoise permettrait alors de soigner la maladie du patient malade …. !
Il est impératif de promouvoir l’alliance des deux, à commencer par nous, patients, de s’ouvrir à cette médecine, et aux thérapeutes curieux de se former quelque soit les législations en vigueur.
Ne s’improvise pas qui veut enfonceur d’aiguilles, et les débutants remarqueront qu’il est parfois impossible d’enfoncer dans la peau et qu’on rencontre une résistance très étrange (comme si on touchait un os), il faut vraiment de la pratique, il n’y a pas à dire.
Et quand bien même la pratique sera là, l’orientation des aiguilles, le sens, sa direction ont toutes des significations (vers le haut peut vouloir dire qu’on va à l’encontre du méridien si celui-ci se trouve aller du haut vers le bas, ou encore peut être une technique de pic à distance puisque telle une flèche l’aiguille orientera vers le point que l’on voudra stimuler), etc.

Ca y est tu peux pratiquer ?

Ho, ho, ho…
Mon stage était relativement court et il me manque toute la partie théorique. Je ne suis pas encore capable d’effectuer un traitement a proprement parler mais j’ai pris des notes par rapport à certains petits bobos de mon entourage, que j’ai commencé à mettre en application (xav’, maman.. les premiers à en avoir bénéficié). Mais si tu es vraiment intéressé et brave, et qu’on se voit tous les quatre matins, je me ferais un plaisir de te faire tester cette belle discipline (je connais un point confortable et qui en plus améliore en plus la qualité du sommeil, héhé).
Je me suis aussi décidée à relancer un cursus de transition (plus long), et à retourner en Chine pour le faire.

<– Retour à la page principale

 

 

Un commentaire sur “Les questions qu’on se pose sur l’acupuncture

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s