Comment j’ai ENCORE failli rater l’avion

1280px-China_Yunnan.svgLundi 30 octobre, l’aventure nordique se termine au profit de l’aventure sudiste.
Le Yunnan, c’est une énorme province (comme toutes les provinces chinoises à vrai dire) d’environ 400.000km² pour 40millions d’habitants, située à la frontière avec la Birmanie, le Laos, Le Vietnam, mais également le Tibet et le Sichuan (là où ma mama est née) … restée authentique, riche de ses minorités ethniques, religions, et coutumes.
C’est une région que j’admire tellement elle me paraît différente des grandes villes de Chine dont j’ai pu avoir l’habitude. Je m’y suis rendue à l’âge de 8 ans, lors de mon premier voyage en Chine (ma cousine étant bonne élève à l’époque, s’était vue attribuer cette bourse de mérite et moi la bourse de l’opportuniste :p) : cabanes, moustiques tigres, noix de coco, triangles de riz gluants, costumes ethniques, fête de l’eau, danses ethniques, toilettes extérieures style rangées de fosses, douche assise avec bassine d’eau d’où flottaient des fourmis mortes (ou pas), éléphants, fleurs et bonne humeur … Voici les flashs que j’ai gardé de cette magnifique expérience dans le Xishuanganna (d’ailleurs je suscitais beaucoup d’émois lorsque je racontais mon expérience, du fait que ça n’était pas une zone très accessible).
J’ai donc prévu 3 bonnes semaines sur ce voyage afin d’en faire une bonne partie (sud/ nord en laissant l’ouest et l’est pour de prochaines fois : il faudrait tellement de temps pour visiter ça comme il le faut).
Pour le départ, on nous prévoit un chauffeur privé (partout où je vais les achievements de mon père la divinité se font ressentir) et nous voilà à l’aéroport, tout rire et tout sourire, prêt à embarquer pour Kunming la capitale du Yunnan.

Enfin, tout sourire jusqu’à ce qu’arrivés au guichet à environ 15min du décollage, il faille présenter sa pièce d’identité et son billet d’avion. Que je ne retrouvais pas. Xav me questionne d’un air effrayé. Je garde mon sang froid (comme toujours au début, vous me direz) Sauf que les minutes passent, il me demande si je ne l’aurais pas oublié au restaurant, et sans demander son reste, y court. De mon côté je vide mon sac, où il n’y a pas grand chose, mes poches inexistantes et je l’attends, en priant. Il revient éreinté, et bien plus encore lorsqu’il comprend que je n’ai rien retrouvé non plus de mon côté. Bon dieu où a t-elle pu passer encore, c’est incroyable ces objets qui se font la malle !!
A nous voir dans de tels états, l’hôtesse nous demande si on aurait perdu quelque chose et c’est le coeur battant que j’attends qu’elle finisse de le communiquer à la sécurité.
Je me mets à penser à ce qu’on devrait faire si je ne pars pas, tel les femmes et les enfants d’abord dans Titanic. Xavier pourrait quand même prendre l’avion, il pourrait m’attendre cosy sur place, mais avec ces chinois qui ne parlent pas anglais, il lui arriverait des galères …
« Ils ont retrouvé votre passeport à la sécurité, vous avez 10min avant que l’avion démarre, courez vite ».
10minutes vu comme c’était loin, je trouve ça juste, mais je prends mes jambes à mon cou et je cours. Je cours avec mon sac qui sautille et me désharmonise derrière, mes chaussures à la semelle droite glissante (les clous commencent à sortir), et je cours avec ce foutu cerveau que je me traine depuis 25 ans et qui bien sûr, ne sait plus où se trouve la sécurité. Je dépasse l’endroit, je reviens, je demande, je monte les escaliers en haletant comme jamais (bah oui les escalators c’était juste pour descendre), je cours encore, encore, et encore. Je ne peux plus courir, je marche, j’halète, vite. 2min. J’envoie un texto à Xavier. Jelai, j’arriv. 1min. 0min. J’arrive au guichet. Xavier se prend la tête entre les mains, il ne sait plus s’il doit rire ou pleurer. « Comme d’habitude tu enlèves le caillou de la chaussure, et tu continues ta route. Moi ça m’a percé ma voile! »

On repense à ce qu’avait dit la serveuse lorsqu’elle nous avait servi la soupe de la mère du Roi et que j’avais eu 0 raviole (pas de gros soucis dans ma vie) et xavier 2 ravioles (sa voile ira toujours dans le sens du vent). On rit, on souffle…
Bien sur, ça ne fait que commencer 😛

<– Retour à la page principale

Un commentaire sur “Comment j’ai ENCORE failli rater l’avion

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s