Une fin de stage ultra-intensive

A l’heure où les faits se sont déroulés, il ne restait plus que 2 semaines de stage.
Je suis allée voir le Pr. Su afin de lui exposer mon dernier plan d’attaque : aller voir le secteur Tuina (massage chinois essentiellement) et profiter que mes copines aient été envoyées dans des hôpitaux différents pour y aller (recueil de données pour une étude).

Le Secteur Tuina : le seigneur a encore une fois été extra avec moi.
Je tombe sur Wang Bo Yi, celui dont j’ai pas mal entendu le nom. Sa bouille indique quelqu’un d’enjoué, chaleureux, amical et sympathique.
Non seulement particulièrement ouvert d’esprit (en terme de notions et techniques), mais en plus particulièrement pédagogue. Il me présente aux gens comme une éponge à apprendre, doté d’une mémoire et d’une faculté linguistique extraordinaire… Bon c’est un peu exagéré  (:p) mais on a bien rigolé les quelques fois où j’ai prononcé des mots dans leurs dialectes, ils étaient scotchés !!
Ses techniques sont encore différentes, et il utilise une aiguille particulière qui possède un bout large (ne se voit presque pas à l’oeil nu) et dont il se sert pour perforer le fascia des patients (on entend d’ailleurs un clic). Tous ses patients disent que quand il associe cette technique les effets sont beaucoup plus grands, et il est aussi de cet avis.
Il choisit souvent des points à distance du mal afin de laisser une liberté de mouvement au patient qui doit mettre en action cette zone pendant qu’il titille les aiguilles afin de trouver « le point culminant » (autant dire que c’est hyper désagréable).
Comme tous les mercredis, ils se font un topo, et ce mercredi c’est Huang qui nous parle des 4 symptômes cliniques de sciatalgie et leurs probables origines, ainsi que la technique du tiré de cheveux pour les maux de tête où j’ai fait cobaye puisque l’équipe est exclusivement masculine (ambiance super détendue du coup, ça fait du bien).
Wang Bo Yi aura été celui qui m’aura le plus apporté dans le temps le plus court et on sera même devenus amis.

L‘Hôpital de maladies cérébrales infantiles, récemment construit : réunion formelle en mode soldats, le responsable médecin leur tape sur les doigts car il reste des failles dans l’organisation, tournée de chambres avec encore cette sensation que tout est fait pour que le patient soit bien pris en charge et satisfait (comme dans un monde utopique que je ne pensais pas trouver), et après-midi libre où on descend avec ma copine aux secteurs physiothérapie chinoise. Pratiquement exclusivement basée sur les méridiens : des casques aimantés pour stimuler le système nerveux des enfants, des rouleaux à décharges électriques et j’en passe. La kinésithérapie y était beaucoup plus « paternelle » (contrairement aux médecins les kinés/ tuinaistes sont presque exclusivement des hommes car considéré comme un métier de force, ce qui est effectivement plus le cas qu’en France) : les thérapeutes sont assis au sol (super soupes par ailleurs), maintiennent les enfants contre eux, les tapotent, les étirent, les stimulent essentiellement par le toucher (pratiquement pas d’échange verbal).
Par ailleurs, si votre urine mousse, c’est qu’il y a peut être passage anormal de protéines, et que les reins se portent pas bien.

L’hôpital de MTC de la ville de Xian (mon hôpital habituel étant MTC de toute la Province de Shaanxi).
Loin de me douter de ce que le seigneur m’a encore réservé, je m’y rend avec une seconde copine. Le Pr. An est un ancien élève du Pr. Su (le mien), et entretient désormais des relations amicales avec.
Devenu responsable à 35 ans, il est impressionnant dans sa technique : les aiguilles volent tellement elles sont insérées vites et perpendiculairement. L’insertion plus superficielle et la longueur des aiguilles accentuant d’autant plus cet effet (0.50 vs 0.40 d’habitude). Il a donc beaucoup plus de patients à la chaîne et c’est limite si on retient son souffle durant l’épopée.
Ma copine de travail me dit qu’il adore échanger avec les étrangers et qu’il parle très bien anglais. Effectivement, vient ensuite le moment où le Pr. An me demande à quel âge je suis arrivée en France (ben j’y suis née quoi), quel est mon niveau en chinois (euh école primaire) et si je peux prononcer un discours dimanche, diffusé en direct (euh..), auquel il répond tout sourire : dimanche, 9h, ici, le mieux en PPT. 

Vous l’aurez compris, je me suis retrouvée la journée et la nuit du samedi à préparer un PPT avec les ressources que j’avais, et à l’exposer dimanche sous les yeux de nombreux spécialistes. Le sommeil après qui je cours, s’éloigne de mon corps de jour en jour… (la rime qui anime)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s