Vie commune étudiante

Les fêtes sont arrivées, j’ai du déguerpir de mon logement et j’ai atterri chez des âmes charitables, alias mes copines de travail! Trois d’entre elles rentrent chez elles car ne sont pas de garde et libèrent donc leurs places. Chance inouïe puisque la plupart des étudiantes et médecins sont de garde 1 à 2 jours en plein dans la semaine et ne peuvent donc pas bouger (mon tuteur le Pr Su travaille tous les jours… Idem durant le nouvel an chinois ce qui somme toute, lui coupe toute occasion de partir en vacances). Mes colocs sont donc toutes étudiantes en médecine (ont choisi d’approfondir la médecine traditionnelle chinoise) et ont déjà choisi leurs spécialités (acupuncture pour celles avec qui je suis, néphrologie pour une autre…), et sont à peine plus jeunes que moi.
Il y en a une qui est particulièrement impressionnante, c’est Namei, 24 ans. D’ailleurs tout le monde le dit. Elle a épié mes moindres faits et gestes et anticipé tout ce dont je pouvais avoir besoin, du pyjama au verre à la serviette au shampoing aux petits gâteaux et au tiroir libéré…plus attentionné on meurt. Et puis si j’ai le malheur de dire que ce n’est pas la peine, elle me dit d’arrêter d’être aussi polie, on est toutes copines ici. C’est aussi la plus studieuse et malgré sa petite bouille toute mignonne, la plus mature et cultivée. Elle parle peu mais bien. Toujours a me demander comment c’est la base et si c’est vrai que.

Bon parlons maintenant du logement. A première vue c’est tout mignon, un petit recoin où chacune y a ajouté sa petite touche personnalisée (non pas de déco mais de bricolage) avec des ceintres accrochés un peu partout, des rideaux de douche accrochés à des fixateurs collés au plafond pour créer un coin intime sur leur lit, des multiprises scotchées au mur des lits supérieurs etc. En fait c’est une sorte de semi-logement avec 4 recoins : 1 chambre de 2 lits superposés à l’entrée de la porte, 1 autre idem au fond, 1 pièce pour les toilettes turques (qui fuient) et 1 étendoir avec évier (qui menace de tomber xD), mais qu’elles rentabilisent plutôt bien vu qu’elles ne paient que 800 yuan l’année (100e) !
Par contre en pratique, c’est un peu plus rustique …
Il n’y a pas de cuisine donc elles mangent constamment dehors (a la limite ça reste super commun en Chine tellement les restaurants de rue sont bons et peu chers : si on mange au réfectoire de l’hôpital le soir on s’en sort pour 25cts et dehors pour 1e50).
Mais au moment de dormir elles ont toutes commencé à sortir des bassines et ont commencé à se tremper les pieds (l’instrument qu’on retrouve en masse chez tous chinois qui se respecte). Et puis quand j’ai voulu aller me laver, je me suis souvenue être allée aux toilettes qui fuient mais pas d’avoir aperçu la douche …
Vous l’aurez compris il n’y en a pas!! Après avoir ri de bon coeur devant mon expression effarouchée, elles m’ont dit que je pouvais aller aux douches communes mais qu’il fallait sortir du logement, rejoindre la grande rue, payer l’entrée et se laver en commun avec d’autres femmes naked, un peu comme les piscines en Chine. Qq années avant, ca m’avait marqué de voir ce même tableau dans les douches communes. D’ailleurs quand on regarde bien l’agencement des toilettes publiques (surtout dans le Sud de la Chine ou autres régions moins développées) on comprend que le mot pudeur n’a pas vraiment de sens ici et qu’il va falloir apprendre à faire caca en tête à tête avec sa voisine (Rip Maelle B mdr). Par contre ils rattrapent tout des qu’il s’agit des rapports homme-femmes et lors des études par ex hors de question de prendre pour sujet une fille (sacrilège), les modèles sont uniquement des garçons. D’ailleurs quand une fois je me suis rapidement changée a l’hôpital sans avoir pensé à fermer la porte, une étudiante s’est jetée dessus comme si nos vies en dépendait «omg heureusement qu’aucun garçon ne passait !!» réaction qui m’a fait penser à celles un peu disproportionnée qu’avait ma mère lorsque je ne faisais pas assez attention chez moi vis à vis de mon propre père / frère.

Pour en revenir à l’histoire des douches, elles m’ont expliqué que ce n’était pas grave de pas se laver tous les jours, au contraire. Que les occidentaux font ça car ils transpirent plus (leurs pores sont plus gros) et leur nourriture les rend aussi plus odorants. D’ailleurs elles ne mettent pas de déodorant (pas besoin), et les rares personnes qui sentent ont a possibilite de se faire opérer. Personnellement je n’en ai plus besoin des lors que je ne mange plus ou peu de viande.. On dit que si les parfums sont tellement reconnus hors du pays, c’est parce que les occidentaux ayant besoin de camoufler leurs odeurs, ont analysé cela avec bien plus de ferveur pour les intégrer finalement dans leur quotidien et entretenir la boucle (il y a certainement des explications plus historiques que ça, mais celle ci est bien bonne!!). En tout cas je n’ai effectivement senti personne se parfumer depuis que je suis arrivée. Ce n’est pas dans la culture et ce n’est pas plus mal si on considère que renifler les molécules chimiques postées sous son nez a longueur de journée ou sur celui de son voisin constitue une certaine pollution envers soi même.

Ceci fait, il est l’heure de dormir et je retrouve avec plaisir les fameux lits durs constitués d’une belle planche de bois, et autant je supporte plutôt bien d’habitude, là j’ai passé une nuit pas terrible à changer de position dès qu’une partie de mon corps (surtout le sacrum) commençait à se nécroser. Il faut dire que la nature ne m’a pas non plus affublée de suffisamment de gras pour me protéger de ces petits désagréments… En parlant de gras, jamais on ne m’a fait autant de remarque sur ma corpulence. On me tate même le corps pour vérifier que ce n’est pas une illusion et que je suis réellement aussi maigre. Je ne prends plus la peine de leur expliquer que ce n’est que ma morphologie et que je ne me restreint pas pour garder la ligne. Pour ceux qui mangent avec moi ils finissent par le voir, les yeux ronds comme des O, éberlués. J’ai toujours été habitué à ce qu’on me le reproche mais en fait, elles m’ont dit que pas du tout, contrairement aux occidentales, les chinoises n’aspirent qu’à être aussi fines que moi.

J’ai également compris pourquoi je ne grossissais pas d’après à la médecine traditionnelle chinoise. Quand j’ai demandé au Pr d’examiner mon pouls et ma langue, il m’a dit que mon complexe estomac-rate ne fonctionnait pas correctement, et que j’absorbais mal les aliments (et donc inéluctablement les nutriments avec).
Sur la cartographie de ma langue, il a même pu voir que j’avais souvent eu des soucis stomachales dans ma jeunesse (présence de légères fissures sur l’endroit concerné).
Ça n’est donc pas franchement qqch d’enviable sur le plan santé (d’où mes problèmes bizarres récurrents chaque année).
Normalement cela peut se réguler un minimum. Mon déficit de Yang serait sans doute une des principales causes, donc réchauffer mon corps est une priorité (manger pimenté, chaud, boire chaud, infuser du thé rouge gingembre sucre roux, stimuler les points générateurs de Yang, faire du Aijiu = moxibustion…)

En ce dimanche 1e octobre jour de fête nationale, 5h du matin, j’entends des travailleurs meuler sans retenue. Ils continuent à construire et nous voilà toutes un peu réveillées. Sauf que je ne me rendors que difficilement et 6h du matin une de mes voisines se lève (la plus studieuse) allume sa lampe de chevet derrière son rideau de douche, installe une sorte de mini table de lit sur lequel elle commence à réviser.
Je décide de me laver les cheveux, naïvement, me dirige vers le petit évier bringueballant. Afin de ne pas réveiller mes comparses, je fais couler doucement l’eau. Au bout de quelques temps je fatigue et je repose mes mains dessus, l’évier menace de lâcher. Je fais chauffer de l’eau et je verse dans une bassine afin de pouvoir me les reposer, mais malgré toute la souplesse dont font preuves mes cervicales l’eau n’atteint pas l’arrière de mon crâne. Je me frotte les cheveux. Parbleu que c’est physique mes spinaux n’en peuvent plus, pourtant je peux tenir 4min en test de Sohrensen en tant normal! Mh, tiens peut être que ça fait plus que 4min depuis tout à l’heure.. Je fais une pause mes cheveux me gouttent dessus, je décide d’abréger mes souffrances et les rince.

Je remplis une nouvelle bassine, lave mes habits et les étend… jusqu’à ce que mort s’ensuive (humidité extrême, 3-4j de séchage voire plus si plus de place et étendu à l’extérieur en jouant au loto avec la pluie).

Le côté positif c’est que tous les ustensiles roots que j’ai acheté avant de venir peuvent enfin me servir. Le petit miroir intégré à ma brosse, le gant exfoliant pour se laver à sec petit à petit … Pas besoin d’attendre d’être dans le Sud pour tout ça!

 

2 commentaires sur “Vie commune étudiante

  1. Alicette on pense à toi et espérons que tu t’amuses bien, notamment dans les douches communes ou même toilettes communes mdr je vois que tu es épanouie et que tu decouvres plein de choses.
    Tu n’as plus WhatsApp ? Cela fait pas mal de temps que nous avons pas de nouvelles alors on s’inquiète un peu bcp quand même ;).
    Gros bisous

    J'aime

    1. Ohh mes amours!! Oui whatsapp a définitivement rendu l’âme ici (je vous avais dit que ca avait déjà commencé à bugguer).. je n’ai jamais eu à aller aux douches communes car j’ai mis la meilleure des stratégies en place pour me laver (dans le noir qui plus est, la lampe ayant rendu l’âme).
      J’espère que tout va bien au pays des vaches!
      Vous pouvez m’écrire avec l’application Wechat si besoin! Bibi ❤

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s