Chap 4 – Arrivée à Ordos (Mongolie intérieure)

Encore un au revoir, cette fois à l’auberge. 2h du matin, dans un silence pesant, la fille artiste me montre comment passer par derrière la cour sans avoir à déranger les hôtes pour m’ouvrir. C’est la 3e nuit d’affilée qu’elle fait ça, tout le monde s’en va par le même train dans la même direction (la pékinoise et le cuistot guitariste). Elle me propose de me raccompagner jusque dans la rue, et inopinément me sort un pendentif en jade de sa poche, me l’accroche au cou en me disant qu’elle la elle-même fait, et en rajoutant comme tout chinois qui se respecte de ne pas faire gaffe si c’est moche. C’est une gargouille faite à partir d’un mélange subtil de couleurs et magnifiquement bien réalisée. On les retrouve souvent devant l’entrée de maisons, elles protègent des mauvais esprits. Hyper émue, je la remercie de tout mon coeur, d’autant plus qu’aujourd’hui c’est son anniversaire, et tout le monde s’en est allé. Elle a l’air émue aussi  et me dit qu’on se reverra surement dans longtemps (si toutefois on se revoit un jour).
Je prends le taxi sous les multiples lanternes rouges qui éclairent encore la ville, et une fois arrivée, le chauffeur me demande si j’ai besoin d’aide pour aller récupérer mes tickets. La gentillesse gratuite n’a vraiment plus de limites ici …
Je passe ensuite une sorte de nuit blanche à me battre spirituellement contre les ronflements de mon voisin du Upperbed (j’ai même fini par lui donner des tapes en pêchant son bras du mieux que je pouvais…).

Samedi 16 septembre, un ancien camarade de promo de ma mère vient me chercher. Il se trouve qu’il travaille ici depuis 2 ans maintenant, et comme je tombe pile un week-end, il peut m’accompagner découvrir la ville et ses alentours.
Il m’emmène goûter le Yaourt d’ici, une sorte de kéfir qui sent le bon yaourt fermenté bien comme il faut (plus c’est acide et mieux notre flore se portera), le thé d’ici (fait à partir d’orge) ainsi qu’un poisson dont je retiendrais très bien le nom : Kungfu poisson ! Non pas parce qu’il sait bien se battre ou quoi mais parce qu’on le fait cuire longtemps (4h) et qu’en chinois Kungfu veut aussi dire avoir donné du fil à retordre.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s