Les rencontres à l’auberge

J’ai adoré cette auberge, c’était pour moi l’auberge de jeunesse par définition.
Le fait de n’être pas aussi touristique que certaines grandes villes (est-ce utile de citer shanghai et pékin), a contribué à sa perfection, car l’esprit était beaucoup plus basé sur la confiance, et on ne sentait presque plus l’aspect commercial (si toutefois il y en avait un, les chambres démarraient à 35yuan soit 4e50).
Les boissons du frigo étaient à disposition, il suffisait d’y déposer un peu d’argent dans un bocal en verre (un peu comme pour les actions solidaires..), il n’y avait pas de check out à proprement parler, on partait même pour certains vers 3h du matin sans demander notre reste. L’hôte était notre amie, on parlait sans aucune distinction « hébergeurs-hébergés », elle nous mettait fichtrement à l’aise.
J’y ai passé la seule nuit de mon séjour où mon sommeil a dépassé les 4h de repos (j’étais seule dans ma chambre les 2 premiers soirs).
Le soir où je suis arrivée j’ai discuté pendant au moins 3h avec la personne qui je pensais était son associé (il allait tranquillement à l’accueil faire ses affaires et ne paraissait pas avoir de but ultime dans cette auberge). Un prof d’histoire-géo (études histoire de l’art) qui avait une amas de connaissances inimaginable.

Par contre, toujours cette scission européens/ chinois, qu’on retrouve un peu partout au final. Mais les chinois n’ont rien contre les occidentaux, ils sont juste limités par la langue, et étant généralement introvertis ne se sentent pas d’engager des conversations. Ce n’est pourtant pas faute d’apprendre l’anglais dès le CP (voire même avant maintenant), mais seule une faible partie a la chance de pouvoir voyager à l’étranger et donc utiliser concrètement la langue (genre pour de vrai).
Du coup, je suis un peu devenue la traductrice officielle de l’auberge à mes dépens. On venait me solliciter pour demander à tel groupe s’ils souhaitaient louer telle voiture pour telle excursion, ou vice versa comment se rendre en bus à tel endroit.
Parmi les « étrangers » : une indienne (informaticienne bien sur :p) venue un peu yolo en Chine car se trouvait être une escale sur son grand itinéraire, un espagnol vivant à Majorque venu participer à un Congrès scientifique sur les ressources énergétiques (renouvelables, un thésard), un couple de Suisse, et une famille avec 2 très jeunes enfants en Chine depuis 5 mois déjà.
Du côté des chinois, ils avaient à peu près tous mon âge. J’étais la plus jeune mise à part une jeune qui venait de plutôt loin «reviser» son Bac : en réalité elle venait voir son copain étalement étudiant en douce. Grand moment quand j’ai feuilleté son manuel d’histoire qui était un magnifique stéréotype du brainwashing communiste qu’elle devait apprendre par coeur mais qu’elle prenait avec un certain recul. J’ai été étonnée de voir qu’ils voyageaient tous seuls, et qu’il y avait plus de filles que de garçons. Ils faisaient en général des métiers assez libres qui leur permettaient de voyager.
Le premier soir j’ai dîné avec une qui venait de Pékin et l’autre d’une ville située entre Shanghai et Nanjing. Respectivement une artiste, et une qui travaillait dans la finance. D’ailleurs quand elle a appris que j’étais Kiné, j’ai tout de suite senti son sens de l’affaire resurgir au galop : Ca gagne grave ça ici, tu ferais fortune à Pékin tu sais? Tu es balèze?? Car je travaille dans la banque, et je connais un bon réseau d’amis avec qui on pourrait monter un truc, on pourrait se faire pas mal d’argent. On reste en contact. L’artiste, elle était déjà venue dans cette auberge, et ne savait pas trop jusque quand elle comptait rester, peut être 1 mois, quelque chose comme ça. Elle semblait alcoolique et toxico sur les bords, mais a côté de ça aussi super à l’écoute, généreuse, exempt de manières et je sentais au fond un grand coeur, fragilisé par je ne sais quelles expériences de la vie. Et puis elle me faisait mourir de rire dans sa manière de s’exprimer, avec ses cheveux coupés à ras et sa dégaine de garçon manqué. Je pense que la fois où j’ai le plus ri, c’est quand elle parlait de son hyperthyroïdie (qui expliquait pourquoi elle mangeait dix fois ce qu’elle pesait : je comprends un peu ce que les gens pensent quand ils me voient affamée). « Je ne veux pas l’enlever, t’imagines je vais avoir une cicatrice à la gorge, les gens vont penser que j’ai voulu me suicider…… quelle genre de fille tente de se suicider en se tranchant la gorge sérieux » !! XD

On se réunissait souvent le soirs après nos journées de visite et on discutait de pleins de choses fascinantes (surtout pour moi qui découvre tous les jours des choses). Et puis j’étais souvent moi même source de fascination et d’étonnement. La plupart me prenaient pour une chinoise « comme eux », jusqu’à ce qu’en parlant un peu, certaines choses leur paraissaient étranges.. mes mimiques, mes manières, mon lexique…. J’ai senti la jeune fille assise à côté de moi très intriguée par le spécimen que j’étais, et après un long moment, a fini par me sortir son smartphone pour me demander si j’arrivais à y lire les caractères chinois. Voilà quelque chose qui les tracasse souvent, ne pas connaitre mes limites dans ce statut mystérieux de chinoise née en France. Néanmoins l’artiste m’a dit que de toutes les personnes comme moi qu’elle a rencontré jusqu’à présent (on les appelle des Huayi), j’étais celle qui parlait le mieux chinois et qu’elle était impressionnée : ils m’ont fait des petits contrôles de connaissances pour rigoler, et m’ont lu des blagues basées sur des jeux de mots chinois (franchement c’était excellent). Parfois on rigolait aussi des erreurs que je faisais en utilisant à mal certains mots.
Parmi eux, il y avait un cuisinier qui faisait de la guitare, et comble du bonheur, il venait de Xian (là où je fais mon stage). On a gardé nos contacts, parce qu’en plus de ça, il se dirigeait là où je me dirigeais également (Ordos, Kubiqi désert et mausolée de Genghis Khan). Il m’a dit que si je savais sortir quelques phrases en dialecte, tout de suite, je grimperais en scale dans l’esprit des gens. Il suffit « tout simplement » de mettre toutes les tonalités en 4 (il y a 4 tons en en chinois) : dans le cas de Xian franchement.. Difficile à comprendre il faut s’accrocher. Ce qui est bien dans le Nord, c’est qu’ils parlent super bien le mandarin, les tons sont respectés, et il ne me reste plus qu’à comprendre les mots que je ne saisis pas. Tout simplement car le mandarin s’est décrété sur le dialecte de Pékin a l’époque ou ils se sont dit que ça ne pouvait plus continuer comme ça. Du coup parler chinois ne me sert carrément à rien si je m’enfonce dans la Chine profonde.
En fait, la Chine c’est un peu comme un monde à part, avec des chinois qui voyagent essentiellement au sein de leur propre planète : la planète chinoise. Ils ont leur propres facebook, leurs propres twitter, leur propre tout. Ils se rencontrent se demandent leurs origines, et se conseillent d’autres endroits magnifiques de Chine. Le reste du monde, bah.. C’est un peu comme des extraterrestres. Ce qui est drôle c’est que j’arrive à me projeter dans leur têtes à vous voir comme des extraterrestres. Mais également dans vos têtes et voir les chinois comme vous les voyez… «tu ferais en ça une super traductrice».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s